Immigration
 

Les Piémontais venus en masse, fuyant les dettes, le chômage, la misère, la famine et les contraintes politiques d’une certaine époque, ont trouvé en France une seconde patrie. Ils ont connu les durs hivers à se chauffer près des vaches dans l’étable, ils se sont nourris de polenta et de châtaignes. Puis ils ont fui cette misère, pour en trouver parfois, une autre moins pénible, parce qu’il y avait l’espoir, la conviction d’une vie meilleure, et ils ont eu raison. La symbiose qu’ils ont su créer avec les populations locales et surtout leur évolution sociale est une récompense et une belle revanche sur le passé. Ces Piémontais, qui sont devenus des Français à part entière, n’en ont pas pour cela oublié leur terre natale, et cette double culture, qu’ils ont conservée, enrichit d’autant plus leur âme.L’association concourt  à maintenir le lien et la mémoire de ces racines.

Les origines géographiques

 

Le Piémont est la région de l'Italie septentrionale qui s'étend entre les Préalpes de la Ligurie, les Alpes occidentales dont l'un des versants est français, le val d'Aoste, la Suisse et la Lombardie. Divisé en huit provinces Turin, Verceil, Novare, Verbano-Cusio-Ossola, Asti, Biella, Coni et Alexandrie, il compte 4,463 millions d’habitants. La région piémontaise est riche, économiquement développée, et très bien intégrée dans l'Europe. Elle est aussi un grand centre industriel et touristique, avec les régions viticoles, mais aussi culturelles comme Turin (plus de 900 000 habitants), Novare, Alexandrie, Asti …Il intègre des régions particulièrement réputées, les Langhe pour le vin, la plaine du Pô, grande productrice de blé et de riz.Le Piémont a développé au cours des siècles une culture originale, avec une langue latine, le piémontais, qui a produit une littérature très riche, dont les premiers textes remontent au XIIe siècle. Ayant fait partie d'un État plurinational comme le Duché de Savoie, puis le Royaume de Sardaigne (Savoie, Piémont, Nice, Sardaigne, Ligurie), le Piémont a toujours été un pays plurilingue, dans lequel le français, le piémontais, l'occitan, l'arpitan (ou franco-provençal) et plus tard l'italien se sont côtoyés sans problème. Aujourd'hui l'italien est la langue universelle, le piémontais est parlé par la moitié de la population (et enseigné dans certaines écoles à titre facultatif), et le français reste une langue relativement bien connue. Au-delà du piémontais et de l'italien, certaines vallées du Piémont possèdent également une langue locale. Quelques vallées autour du Mont Rose sont de langue walser, qui dérive d'un dialecte allemand médiéval du Valais. L'est du Piémont au long du Tessin parle un dialecte lombard.

© 2023 by ΩΛΜ. Proudly created with Wix.com

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now